Wi-Fi Free
SpanishESEnglish (UK)GermanDE-CH-ATFrenchfr-FRNederlandsNL
Wi-Fi Free
SpanishESEnglish (UK)GermanDE-CH-ATFrenchfr-FRNederlandsNL

Peñíscola... ville sur la mer... La visite de Peñiscola nous fait remonter dans l'histoire et pénétrer dans le Moyen Âge tardif.

Ce château fort du XIVe siècle, ancienne demeure du Pape Benoît XIII, surplombe la vieille ville. Cette partie est située sur un imposant rocher de 64m de haut jaillissant de la mer bleue d’azur et unie au continent par un banc de sable qui était jadis balayé par les vagues lors de tempêtes, transformant la ville en une île éphémère.

Le Château de Peñiscola qui se dresse de toute sa splendeur sur les hauteurs de la ville est l’un des monuments les plus emblématiques. Construit en 1294 par les Templiers sur les vestiges de l'ancienne citadelle arabe et terminée en 1307 il est caractérisé par ses murs en pierre de taille dont la majorité de ses dépendances sont surmontées de voûtes en berceau. Il s'agit d'une construction sobre et solide que le pape Luna, après son installation à Peñíscola en 1411, transforma en palais jouxté d'une bibliothèque pontificale.

En 1294 Il fut d’abord la propriété de l’Ordre du Temple et plus tard en 1319 de l'Ordre de Montesa. Mais le moment le plus important de son histoire de 700 ans est sans aucun doute celui dans lequel trouva refuge Don Pedro Martinez de Luna, le pape Luna, Benoît XIII.

Pendant le schisme de l’Occident en l’an 1411, les Chevaliers de Montesa cédèrent l’usage de la forteresse à Benedicto XIII, plus connu comme le «Pape Luna».  Abandonné et persécuté par tous, il trouva refuge dans le château pour y finir ses jours entouré par quelques cardinaux fidèles à ses principes. Peñiscola se convertit alors en Siège Pontifical.

Partager avec le Vatican et le Palais des Papes à Avignon, il a le privilège d'avoir été l'un des trois sièges papaux ayant existé à travers l'histoire.

La ville a accueilli de nombreuses civilisations au cours de son histoire, comme les Carthaginois, les Grecs, les Romains, les Phéniciens, les Arabes et les Byzantins.

Aujourd'hui, le tourisme est le principal moteur économique de la ville, et doit donc assumer une transformation permanente de celui-ci. Avec la consolidation de Peñiscola comme l'une des destinations touristiques les plus importants et les plus renommés de Valence et de la côte méditerranéenne.

Ses coordonnées gps sont : 40 ° 21'31 "N 0 ° 24'28" E


Morella

Morella est située dans une enclave géographique qui fut clé au cours des siècles et des faits historiques. Ville de passage, croisée de chemins, entre la vallée del Ebro et la Méditerranée, reliant la Catalogne, l’Aragon et la région de Valence, Morella fut le témoin d’épisodes importants pour toutes les civilisations qui l’ont habitée. Depuis la préhistoire, les temps du Néolithique, de l’Âge de Bronze, les Ibères, les Romains, les Musulmans, les Juifs, les Chrétiens… Tous virent dans ce lieu une forteresse imprenable. La forme capricieuse de la ville, son château et ses murailles furent le théâtre du passage de figures telles que Rodrigo Díaz de Vivar, le Cid Campeador, qui livra deux batailles dans cette région au service du roi musulman de Saragosse au XIe siècle.

Morella fut conquise par les Chrétiens en octobre 1231, mais ce n’est que le 7 janvier 1232 que le roi Jacques 1er entra triomphant dans la ville, après de dures négociations avec le noble aragonais Blasco de Alagón, qui avait la promesse du roi de conserver tout ce qui avait été conquis. Mais le roi voulait la ville fortifiée et dit au chevalier que «Morella n’est pas lieu pour un homme du monde, c'est un lieu de roi, car elle vaut autant qu’un comté avec ses possessions». Morella était un pilier de la couronne d’Aragon et devait toujours appartenir au roi, ce qui prouve bien la splendeur médiévale de cette ville. En 1270, elle devint propriété du Royaume de Valence derrière Valence et Xátiva.

Les temps médiévaux furent riches, avec une société aux multiples corporations, orfèvres, bijoutiers, sculpteurs, tisserands, forgerons et commerçants qui voyageaient déjà dans des lieux comme la Grèce, l’Italie ou le nord de l’Afrique.

En 1410, Martin l’Humain meurt sans descendance,  Ferdinand d’Antequera est donc désigné pour être le successeur du roi par neuf mandataires. En 1414, se réunissent à Morella le pape Luna (Benoît XIII), le roi Ferdinand 1er et le prêtre Vincent Ferrier, avec pour objectif de mettre un terme au grand schisme d’Occident, alors qu’il y avait trois papes différents... Les négociations restèrent sans solution après cinquante jours. Le roi et Vincent Ferrier abandonnèrent l’obédience du pape Luna qui resta isolé à Peñíscola jusqu’à sa mort.

Lors de la guerre de Succession d’Espagne les autorités locales restèrent fidèles aux Bourbons, à l’exception de deux occupations pros autrichiennes qui se soldèrent par la destruction du quartier de San Miguel. Après les bombes des partisans du duc d’Anjou, Morella ne comptait plus que 1.800 habitants, mais à la surprise de tous, cette population affaiblie reconstruisit la ville. Le décret de Nueva Planta dérogea l’existence du Royaume de Valence et Morella dut se plier aux lois de la Castille.

La première guerre carliste est l’un des épisodes les plus décisifs de l’histoire de Morella. En 1833, le gouverneur de la ville et le baron de Herbers reconnurent Charles V de Bourbon comme roi. La proclamation ne dura pas longtemps et pendant deux ans, la zone résista comme un petit état indépendant dirigé par le général Ramón Cabrera. Les guerres livrées ici et en Catalogne prédisaient d’autres conflits belliqueux dans le nouvel État libéral. L’organisation militaire de la région fut réformée avec la création du commandement général du Maestrazgo (1849-1871), qui concernait la Catalogne, l’Aragon et le territoire de Valence, avec Morella pour capitale ; plus tard, ce statut de capitale fut conservé sur la province de Castellón et le sud de Tarragone (1871-1879). Mais une fois la troisième guerre carliste terminée, la province militaire fut réajustée à ses frontières civiles. Ramón Cabrera, le Tigre du Maestrazgo, parvint à mériter le titre de comte de Morella. Après les conflits, il épousa une noble Anglaise, s’exila à Londres et en vint même à regretter si sanglante bataille. Il y a dans la capitale britannique la rue Morella, celle-là même où vécut le général Cabrera.


Château de Xivert

Le Château de Xivert est une ancienne forteresse templière située en haute montagne, dominant la plaine et la mer, dans l'actuelle commune d'Alcalà de Xivert. Érigé sur un massif rocheux du côté ouest de la chaîne d'Irta, surplombant la plaine d'Alcala de Xivert. On y trouve une chapelle, des dépendances spacieuses, des écuries  et des tours. La partie sud avec les deux tours circulaires et le mur, sont de remarquables œuvres en pierres sculptées, tout comme la citerne pour approvisionner en eau le château valent le détour.

Le Château de Xivert fut donné à l'ordre du Temple en 1169 par Alphonse le Chaste alors qu'il était toujours occupé par les musulmans. Finalement, les Templiers en prirent possession au XIIIe siècle. Ils en firent le centre d'un bailliage et développèrent les agglomérations environnantes grâce à des chartes de peuplement. Alcalà de Xivert fut fondée en 1251, Alcocebre, Almedijar et Castellnou en 1261. Après la dissolution de l'ordre du Temple, la forteresse devint la propriété de l'Ordre de Montesa. Son importance diminua grandement après l'expulsion des morisques en 1610 et il fut rattaché à la ville d'Alcalà de Xivert en 1632.

Le château conserve deux parties bien distinctes : l'Arabe et la Chrétienne. La première comprend l’enceinte fortifiée externe, datant du Xe et XIe s. À l'intérieur, on y trouve encore, des échantillons de l'architecture domestique des morisques.

 

Spa Natura Resort - Peñíscola
Partida Villarroyos S/N
AP-7 Sortie 43
12598 Peñiscola (Castellón)
Costa Azahar, Espagne

Téléphone: +34 964 475 480
Fax: +34 964 465 121
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.